Et revoilà les cookies !
La plateforme digitale MOOVTOO utilise des cookies. Certains d’entre eux ont un but marketing et nous permettent de personnaliser les contenus, les offres et les services qui vous sont suggérés. D’autres sont juste là pour fluidifier votre navigation. Vous n’êtes pas obligé de tous les accepter ! Pour en savoir plus, consultez l’ensemble de notre politique d’utilisation des cookies Consulter notre politique de confidentialité
beta
5 châteaux incontournables de la vallée de la Dordogne
5 châteaux incontournables de la vallée de la Dordogne
Editorial Team

Les châteaux de la vallée de la Dordogne sont réputés dans le monde entier, et quand on les voit, on comprend pourquoi. Le spectacle qu’ils offrent est saisissant, voire époustouflant. Il y en a des dizaines, et quand on est de passage pour seulement quelques jours, il faut pouvoir choisir… Voici cinq châteaux que nous vous suggérons. Certains sont très connus, d’autres moins. Dans tous les cas, vous ne le regretterez pas.

Le plus visité : le château de Castelnaud

A Castelnaud-la-Chapelle, le château de Castelnaud surplombe la vallée du Céou de manière spectaculaire. A le voir ainsi perché sur un éperon rocheux, on comprend bien qu’il ait été réputé « imprenable ».
Construit au XIIe siècle, il fait face à la forteresse médiévale de Beynac. On peut y contempler une vue magnifique sur les jardins de Marqueyssac et le village de La Roque Gageac. Classé monument historique, il est le château le plus visité du sud de la France, et pour cause : il parle à l’imaginaire des visiteurs, en offrant un tableau fidèle de la réalité au Moyen-Age. On y trouve un donjon, des machicoulis et des pièges pour repousser les ennemis. Un musée de la guerre au Moyen-Age y a d’ailleurs été installé, où l’on retrouve tous les dispositifs guerriers que l’on voit au cinéma, comme la bombarde, le trébuchet ou le mangonneau.
Le plus : selon les saisons, de nombreuses animations sont organisées. Certaines plairont particulièrement aux enfants, comme cette enquête, « Mystère au château », proposée à la tombée de la nuit, assurée par une troupe de comédiens.

Surgies du cœur de la forêt : les tours de Merle

Les tours de Merle ont quelque chose de féérique. Cet ensemble de sept tours (on notera au passage le chiffre 7, toujours empreint de magie…) construites du XI au XVe siècle, surgit du cœur de la forêt de manière inattendue, un peu comme dans un conte de Perrault. Les visiter demande un petit effort physique: on parcourt des chemins pentus et des escaliers étroits (prévoir de bonnes chaussures de marche). Mais une fois au sommet d’une tour, la vue en vaut vraiment la peine. Pendant les vacances scolaires, on peut sur le site assister entre autre à un spectacle médiéval plein d’action.

Place forte pendant la guerre de Cent Ans : Le château de Beynac

C’est une forteresse bâtie au XIIe siècle pour « verrouiller la vallée », expliquent les experts. Le château de Beynac surplombe la Dordogne du haut d’un à-pic qui offre une protection suffisante côté rivière. Côté plateau, la forteresse était protégée par une double enceinte et une double douve, de quoi la garantir contre les attaques. Pendant la guerre de Cent Ans, alors que la Dordogne marque la frontière avec l’Angleterre, le château est l’une des grandes places fortes de France. On peut aujourd’hui en visiter les différentes salles et y découvrir des éléments qui y ont été ajoutés au fil des siècles: par exemple une cheminée Renaissance, des fresques datant du XVe siècle ou encore de magnifiques tapisseries.

Rouge et ocre : la forteresse de Castelnau-Bretenoux

Bâtie au Moyen-Age aux alentours de 1100, cette forteresse entourée de son enceinte se pose au sommet d’une colline. Au départ, il s’agit du manoir du baron de Castelnau. L’architecture évolue au fil des constructions pour afficher un visage typiquement militaire, ce qui n’enlève rien à sa beauté. Celle-ci tient aussi aux maisons environnantes : l’ensemble a l’air d’avoir traversé les siècles sans bouger. Pourtant, le château lui-même, avant d’être classé monument historique en 1862, a été plusieurs fois remanié. Le chanteur d’opéra français Jean Mouliérat, passionné de l’époque médiévale, l’a racheté en 1896. A sa mort en 1932, il en a fait don à l’Etat, demandant que chaque pièce soit conservée telle quelle.

Vertigineux : Rocamadour et la cité médiévale

Un village vertical : c’est ainsi que l’on décrit la cité médiévale de Rocamadour, construite à flanc de falaise. Au sommet, le château surplombe la rivière. L’impression est vertigineuse et on comprend que le site soit célèbre dans le monde entier. Du château, vestige d’un fort du XIVe siècle, seuls les remparts peuvent être visités. Mais la cité religieuse est accessible. Elle se compose d’un ensemble d’édifice religieux, dont la Chapelle Notre-Dame et la statue de la Vierge Noire, ainsi que la Basilique Saint-Sauveur (romane-gothique).
Commentaires (0)
+
Connectez-vous pour poster un commentaire

À découvrir aussi